Comment ça marche ?

L’auto-école sociale ACCV a créé des documents de travail afin d’assurer l‘accompagnement et le suivi des candidats engagés dans le dispositif « vers une mobilité autonome et durable ».

Procédure synthétique 2017 .

Phase 1 / Les prescripteurs lors des entretiens de suivi réalisent des pré-diagnostics sur les freins liés à la mobilité des publics demandeurs d’emploi et en situation d’insertion.

Un positionnement est alors établi puis adressé au CRIA pour acter le besoin de test en mobilité.

Phase 2 / Une fois les évaluations linguistiques réalisées, les personnes sont ensuite orientées vers une instance d’étude, d’orientation et de décision composée de représentants des prescripteurs, du Centre de Ressources Illettrisme et Analphabétisme (CRIA), l’Auto école sociale ACCV et le Service insertion et Solutions d’Emploi (SISE).

Phase 3 / Après l’analyse des situations l’instance proposera une ou plusieurs orientations.

A savoir :

→le candidat n’a pas de difficultés sur les savoirs de base – projet permis validé en autonomie.

→Une remise à niveau est souhaitable avec une formation en collectif et un suivi renforcé – positionnement vers un diagnostic mobilité.

→Le projet permis B n’est pas validé-une action au préalable doit être mené sur les savoirs de bases.

Phase 4 / l’ACCV sera saisi d’une demande d’un diagnostic mobilité par le prescripteur une fois que les évaluation linguistique aura été réalisée et sur décision de l’instance chargée d’examiner les situations.

Phase 5 / Le diagnostic mobilité sera réalisé lors d’un entretien individuel par un professionnel d’ACCV , dans un délai d’environ de 15 jours à réception de la demande établie par le prescripteur.

Pour certaines situations qui le nécessiteront, l’ACCV pourra réaliser des évaluations théoriques et/ou pratiques en véhicule ou sur simulateur.

Phase 6 / Le diagnostic mobilité contribue à établir une cartographie des problématiques en mobilité des personnes et à leur proposer un parcours mobilité.

L’ordre de résolution des différentes étapes identifiées apparaîtra dans un livret mobilité pour chaque candidat.

En fonction des problématiques repérées et du projet de la personne, l’ACCV préconise des ateliers ou des actions à mettre en œuvre.

Ces préconisations seront transmises aux différents partenaires et prescripteurs afin d’engager les actions à mettre en place.

Phase 7  / Le CD41 informe le candidat des différentes préconisations par courrier.

Une copie du courrier est également adressée au prescripteur par voie électronique.

Phase 8 / Les préconisations établies après chaque diagnostic mobilité seront examinées lors des instances d’études et d’analyses  bimensuelles avec l’ensemble des acteurs concernés : prescripteurs, ACCV, acteurs locaux qui développent les actions ou ateliers, partenaires institutionnels et représentants des financeurs…).

Cet instance aura pour objectif d’assurer le suivi des actions engagées ou à engager.